mardi 23 octobre 2012

La télévision

"Chérie, on va investir dans une parabole...
- Hein?
- Pense un peu à la qualité de la télévision. Rien n'est trop beau pour celle qui élève mes enfants."

Ok, ok... D'habitude je cite Montessori, mais là je ne pouvais empêcher une petite référence de LA critique socio-culturelle du 21e siècle : les Simpsons!


Alors? Les voient-ils juste? Combien de temps pensez-vous qu'un enfant regarde la télévision en moyenne par jour?
6 H 30 en France!
(vous ne frissonnez pas là?)

Une moyenne donc : beaucoup la regarde moins, d'autres la regarde plus encore!
(Là vous ne frissonnez toujours pas??)

Alors, télévision rime-t-elle avec baby-sitter? Beaucoup de monde pourrait répondre qu'il y a des programmes éducatifs, intéressants... Mais soyons honnête en reconnaissant la pauvreté (en nombre) de tels programmes. Bien entendu, la télévision a une influence désormais (tout comme la maison, l'école, les groupes et l'église autrefois) et il serait dommage de faire grandir nos enfants en-dehors de cette nouvelle sphère.

Voici les généralités que l'on connait tous! En réfléchissant plus loin apparaissent divers problèmes qui me semblent majeurs :

- La plupart d'entre nous n'avons aucun contrôle sur la télévision. J'ai vérifié cela par moi-même avec la naissance d'une immense frustration : la fin de Megavideo. J'aimais beaucoup regarder ce que je voulais, au moment que je voulais, car il fallait l'admettre, c'était une immense banque culturelle (snif) où j'ai pu retrouver des petits trésors introuvables en dvd (même sur Ebay ou Amazon, c'est dire), de tester des films que je n'aurais pas acheter de peur de me tromper et faire ainsi de vraies belles trouvailles! Donc, fin de Megavideo... On regarde quoi ce soir? Allé, on tente la chaîne Y! Et là, aïe, les pubs (dont le son augmente systématiquement par rapport au film), aïe, l'épisode qui n'a rien à voir avec le précédent, aïe, les émissions reliées entre elles par l'absence de pub (oui oui d'abord je râle qu'il y en a trop, ensuite qu'il y en a plus) et on se retrouve happé dans un contenu qui ne nous aurait JAMAIS intéressé. C'est là que j'ai senti que j'avais perdu le contrôle...
Pour moi, ceci reflète bien le fait que les médias ont un pouvoir que seuls quelques élus détiennent : c'est à eux que reviennent la programmation (et les français souvent en rogne lorsque leur série ne suit pas la suite des épisodes, ha? je l'avais déjà dit?) mais aussi les sujets (les mêmes qui tournent en boucle sur toutes les chaînes, puis plus rien 2 jours plus tard) ou encore qui choisissent leurs intervenants (les personnes choisies lors des reportages ne reflètent pratiquement jamais la moyenne mais surtout, vous pouvez être certains que lorsqu'un alsacien est interrogé, celui-ci a TOUJOURS l'accent. Et oui, je mets ma main à couper que 85% des alsaciens présents sur la place Kléber n'ont PAS l'accent.)

- L'absence de réalité vraie! Que ce soit pour les fictions, ou les documentaires (d'ailleurs petite réflexion, les documentaires sont-ils des oeuvres de réalité ou de fiction sachant que le réalisateur procède toujours à un choix (filmer ceci ou pas cela...)?

- La violence... Un immense sujet d'inquiétude qui a déjà fait couler beaucoup d'encres. En résumé, en 1 an, votre enfant peut voir : des milliers de meurtres, de bagarres, plus encore d'accidents de voitures et une bonne centaine d'explosions (souvent couplés aux accidents de voiture, pourtant nous sommes encore peu nombreux à nous jeter dans le fossé (au ralentit) au moindre accrochage.)

- La transe! Des jeunes enfants devant la télé, vous connaissez? Ils restent assis pendant des heures, en redemande quand cela est terminé. Ils restent passifs : pas besoin de penser (on le fait pour vous) ni d'imaginer ou de faire le moindre effort (sauf pour se lever et aller aux toilettes.)

Alors c'est quoi la solution? 


Pour la télé aussi les parents doivent fixer des limites : la télé oui, mais à petites doses, c'est mieux.

J'ajouterai que c'est aux parents de choisir les programmes et de les regarder avec eux, surtout les programmes que l'on ne contrôle pas et les pubs. Un nouveau DVD? Un premier visionnage ensemble, puis si papa ou maman en est convaincu, l'enfant peut regarder seul (car, avouons que de temps en temps, les enfants devant la télé, ça fait du bien...) A la fin, on peut discuter ensemble de ce que l'on vient de voir : cela permet de classer les propos, d'éviter toute confusion éventuelle, d'aller plus loin, de réfléchir ou de mettre en valeur un élément qui aurait pu perturber votre enfant sans s'en apercevoir...
Ensuite, laisser du choix à votre enfant : entre les émissions qu'il veut choisir, le nombre d'épisodes de dessin animés à regarder (à la fin, paf, on éteint!)


Et vous, quel est votre rapport avec la télévision?




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire