jeudi 11 octobre 2012

Comment réaliser une présentation et autres consignes générales


Consignes générales

Vivre dans une même pièce à plusieurs impose le respect du matériel mais aussi le respect de l’autre : ne pas le regarder, ne pas marcher sur son tapis, ne pas faire de bruits (usage de pantoufles). On ne touche pas le travail de l’autre que ce soit pour le prendre ou pour l’aider.

Ne pas donner, ne pas prendre un matériel qui n’a pas été présenté. En pédagogie Montessori, on ne laisse rien au hasard. Quand un enfant souhaite prendre un matériel non présenté, on l’en empêche « non, tu n’as pas encore vu … » S’il est trop petit mais qu’il insiste on peut le présenter (peut-être une bonne surprise) mais il faut s’attendre à de mauvais gestes. Dans ce cas, retirer le matériel en s’excusant de lui avoir présenté alors qu’il n’était pas encore prêt « Ce n’est pas comme ça que je t’ai montré. Si tu veux jouer, là il y a des billes. »

On ne dérange pas pendant une présentation. Nous protégeons l’enfant, c’est son moment privilégié ! Avec 3 enfants, trouver dès le début 3 présentations différentes par enfant et pour cette journée (soit 9 présentations à réaliser par l'adulte.) En 3 jours, nous tournons ces mêmes présentations entre les enfants pour que finalement chacun ait 9 activités présentées. Laisser l’enfant bouger, s’agiter, se lever pendant la présentation.

Pendant l'entraînement qui suit, si l’enfant s’énerve (boulimie de gestes car il a envie de faire comme l’adulte et n’y arrive pas encore) on peut le lui faire remarquer : « Je crois que tu es allé trop loin. Tu sais tu t’énerves, tu fatigues, tu vas tout lancer et être fâché contre toi ». Il apprend à se connaître… Soit il s’arrête seul, soit il continue. S’il s’énerve à nouveau on peut le lui notifier « Tu te souviens, avant je t’ai dit 'là ça ne va plus'. La prochaine fois tu t’arrêteras. »

Si un enfant s’énerve, se met en colère il faut rester ferme. Il en a le droit mais c’est aussi un signe d’insécurité, il faut rester sur ses limites. Souvent lors des colères, le dialogue est rompu. Il peut se calmer dans une autre pièce et revenir quand cela va mieux.
L’enfant a le droit de remettre un plateau non rangé (il reste des pois chiche par exemple) car il peut être fatigué. Le plateau sera rangé discrètement par l’adulte. Par contre on ne range pas à sa place : « Oh je vois que tu es trop fatigué. Tu n’arrives pas à ranger. Tu dois donc être trop fatigué pour cet autre jeu » et on reprend fermement l’autre jeu qu’il a pris. Il a le droit de faire une pause par contre.



Maria présentant le tiroir plan de géométrie.

Une présentation

Le temps de présentation doit être court (10 s). C’est le temps d’attention d’un jeune enfant. C’est au fur et à mesure des présentations que l’on va augmenter ce temps.
1. Solliciter l’enfant de cette façon : « Maxime, je suis sûre que tu veux travailler avec moi.
- Regarde ». Choisir le bon moment, le lieu et poser la question dans le sens «  tu veux certainement jouer avec moi. »
2. Aller chercher sur l’étagère le matériel
« - Suis-moi ! Tu me suis ! »
3. Désigner l’emplacement où nous allons travailler. Installation sur le tapis ou sur la table : on pose d’abord le matériel, puis on s’installe. Pour aider à décomposer le mouvement et marquer des temps de pause, on peut souffler après chaque moment. 
Dans l’idéal, il faudrait une table pour les présentations, une table pour s’entraîner. Si ce n’est pas possible, plusieurs nappes différentes peuvent aider (une pour la présentation, une pour s’entraîner, une pour manger, une pour la peinture, …)
On place le matériel bien devant soi (en exagérant un peu le mouvement d’ajustement du matériel.) Placer l’enfant à sa gauche : «  Tu viens t’asseoir près de moi.
- Voilà »
Si un autre enfant veut venir observer la présentation, il se place derrière ou à gauche de l’enfant.
4. On introduit la présentation « Tu regardes ce que font mes mains. » 
5. Présentation (voir selon chaque matériel). Quand une main travaille, l’autre est au repos.
Si l’enfant ne regarde pas pendant la présentation, on suspend son geste : « Tu sais, si tu ne regardes pas, tu ne sauras pas faire. » S'il ne regarde toujours pas, on prévient une 3e fois, puis : « Je suis désolée, mais je crois que je t’ai présenté ceci trop tôt, tu n’es pas prêt à faire comme je t’ai montré ». Idem pour un enfant trop agité. S’il y tient, recommencer la présentation, sinon on range. Dans ce cas, il ne pourra pas prendre le matériel plus tard.
Toutefois l’enfant peut bouger pendant la présentation, remuer, parler, on le laisse!
6. Puis c’est au tour de l’enfant immédiatement après :  « - A toi. » suffit. Nous posons le plateau devant l’enfant. L’enfant manipule (nous assistons sans mot dire, sans expression, attentif mais inerte.) S’il fait très vite on peut lui faire remarquer « Oh ! Moi j'y suis allé très lentement. La prochaine fois tu pourras essayer. » Sinon pas une seule remarque.
7. « Tu es content de toi ? Alors nous pouvons le ranger ». Ensemble on repose le matériel et nous disons « Tu sais où est le matériel. Tu pourras venir le prendre quand tu voudras, t’en servir comme je te l’ai montré, aussi souvent que tu le voudras, puis tu le ramèneras à sa place, bien en ordre. » 

Nous n’avons pas ensuite à assister à l’entraînement de l’enfant. On n’est plus à table avec lui. Si l'enfant insiste pour travailler avec vous, on peut chaudement l'en dissuader «  Je ne suis pas loin, je sais que tu en es capable. J’ai confiance en toi. Moi je dois travailler. » Ne pas hésiter à s’activer à côté (avec les autres enfants, faire le ménage dans la pièce…)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire