mercredi 22 février 2017

Fofo et Kafka (le soap des Vaccins épisode 3)

Après l'aluminium et son usage dans les vaccins non concernés par la loi, j'ai eu envie de m'arrêter un peu sur mon pote "fofo."

Tu le connais toi aussi : c'est le fameux formaldéhyde.

Je dis mon pote, mais je dois avouer que, contrairement à l'Alu, je n'ai pas de souvenirs d'enfance avec lui. Par contre, il a toujours été là, près de moi, partout. De la cuisine à la salle de bain, de mes produits bien rangés de laboratoire à ma chambre à coucher, il était toujours là.

Nan, je ne me fiche pas de toi !

En 2009 (ce qui coincide curieusement à ma fin de grossesse number one) j'ai fait ma première chasse au formaldéhyde. Je scrutais toutes les listes d'ingrédients de tous mes produits ménagers et cosmétiques. Bizarre ce que les hormones de grossesse nous pousse parfois à faire !

Bon, je dois avouer qu'il est limite un peu voyeur, notre pote "fofo" ( dans la salle de bain, il se peut qu'il m'ai vu plus souvent nue que mon mari...) mais passons, son soutien, sa présence en toutes circonstances, gomme ses défauts.

Oui, parce que, le formaldéhyde, est souvent montré du doigt : "Il faut bien aéré, nous rappelle-t-on au journal TV, même en hiver, parce qu'à cause de nos meubles (scandinaves surtout parce qu'à la téloche on est chauvin et que le made France reste toujours insoupçonnable) l'air que nous respirons en contiendrait beaucoup trop". 

Et même à - 17 °C (toujours pas de rigolade, en Alsace il fait froid l'hiver) tu as eu le courage d'ouvrir 5 min les fenêtres de la maison. Tu te sens forte. Responsable.

Tu viens de sauver tes enfants du cancer qui rôdait là, dans tes meubles, attendant de s'échapper dans l'air pour aller faire la bringue dans les poumons de tes chers et tendres.

OUF !




Divaguons maintenant pour le plaisir ! Si la simple respiration de notre pote fofo, ou l'application cutanée est si crainte, z'imaginez le carnage si on nous l'injectais directe dans le sang ???

Heureusement que...

Attend une minute...

Ne me dis pas... QUE.....



ET... si.

Le formaldéhyde est directement injectés dans les muscles de nos bébés. 

Environ 100 micro-grammes dans chaque dose.

GROS SILENCE de la foule. Parce que maintenant, vous savez que les micro-grammes ne sont pas si inoffensifs que ça pour le corps humain (et encore moins pour un corps de 5 kg).

Environ 100 micro-grammes donc. Et si j’écris "environ", ce n’est pas pour rien. 

Les chiffres des ingrédients des vaccins français sont inconnus en ce qui concerne le formaldéhyde. Ce sont les chiffres des vaccins fabriqués par les mêmes laboratoires, mais commercialisés aux USA, où le chiffrage est obligatoire… 

Pourquoi rester si obscures en France dans les compositions (peur de la bonne grosse claque médiatique) ?




Rooooo... je vous vois venir de me traiter à nouveau de conspirationniste !

Alors changeons de cap.

Avec les précédents articles, je sens que vous voulez savoir s'il est possible de se passer d'aluminium dans les vaccins qu'on administre à nos nouveaux nés !

Mais nous sommes en France... ce serait trop simple !

Direction la bonne prise de tête.


Kafka est dans la place !

T'es bien gentille de nous alarmer, mais on fait quoi maintenant en sachant tout ça ?

Oui, comment, en tant que parent, concilier :
- la santé de nos enfants
- le respect de la législation (la vaccination est dans... la loi... c'est dingue à écrire, mais oui, injecter des substances dangereuses directement dans le sang, c'est un acte obligatoire !)
- les risques d'exclusion de responsabilité par l'Etat, en cas de soucis liés au vaccin...


1) Refuser l'hexavalent.

Et bien, il est possible d'obtenir un certificat de contre-indication (si vous avez un médecin très compréhensif) mais même dans ce cas, votre enfant risque d'être expulsé de tout établissement public et vous pouvez vous prendre, sur le dos, un signalement (par un médecin, par un chef d'établissement)... 

Dans le cas d'un refus, il faut avoir les épaules solides et assumer "une avalanche juridique". Comme le propose le site info vaccin, pourquoi ne pas rédiger un courrier explicatif au procureur en amont?

2) Accepter l'hexavalent

Accepter tout en tentant de se couvrir. Infovaccin propose là aussi "une fois le vaccin administré et ce après l’avoir mentionné oralement au médecin pédiatre ou autre, (de) rédiger un courrier recommandé au médecin administrant avec copie au Procureur de la République, courrier qui reprendrait les risques de refus de responsabilité de l’Etat pour vaccinations non obligatoires et pénurie du vaccin DTP.
Dans ledit courrier, il serait important de reprendre la position affirmée oralement par les parents au médecin en spécifiant que les parents ont néanmoins été contraints d’imposer une telle vaccination à leurs enfants.
Il conviendrait aussi de stipuler que les parents se réservent le droit d’attraire en justice le médecin administrant, dans le cas où les 2 (ou 3) valences non obligatoires devraient avoir des conséquences sur la santé de leurs enfants, en sachant que les parents devront en tout état de cause, si ce cas se présente, attraire le fabricant sur le fondement de la loi sur les produits défectueux, ès qualité de transcription de la directive européenne de 1985."

Ce qui pourrait également vous aider à convaincre votre médecin de rédiger un certificat de contre-indication (enfin, moi ça me ferait réfléchir...)


Conclusion numéro 1
En exclusivité, la baguette magique du Ministère de la Santé !

Bref, les vaccins, c’est un peu le Danny Larry de la santé. Beaucoup de tours de passe-passe et de magies (dignes de Pouillard) et d'obscurantismes (dignes de... euh... attend je cherche un équivalent... Voldemort ? Nan, c'est nul, je le reconnais... ) pour nous cacher les risques et la possibilité de réclamer des indemnités! Des devoirs sans nos droits, un peu comme un gout amer d'autres lois récentes, non?

Heureusement alors qu’ils nous protègent si bien ces vaccins, parce qu’on serait un peu fou de nous injecter du poison dans le sang, juste pour engrosser le compte en banque des laboratoires, non ?

Bon, maintenant vous me connaissez, vous savez que je suis ironique et que j’ouvre ainsi la porte pour un 4e article... 

Magie, magie!


...

...


Et disparition de l'auteure dans un nuage de... formaldéhyde !





jeudi 16 février 2017

La conspirationniste qui s'éveille en moi (le soap des Vaccins épisode 2)

Après un premier article sur le passionnant sujet des vaccins, je vous ai laissé (peut-être un peu cruellement) sur LA question que tout le monde se pose :


Pourquoi le DTP, qui lui, ne contient pas de guerriers à poil (donc beaucoup moins risqué) n’est plus disponible à la vente ?

(mouai, enfin, tout le monde ne parle pas de guerriers à poils, mais d'Aluminium...)

C'est tout bête mais cette question en amène plein d'autres, comme :

- Quand un produit fait fureur, qu’il fonctionne et qu’il ramène de l’argent pourquoi l’arrêter ? - Pourquoi en plus ne pas le remettre en vente lorsque des centaines de parents le réclament ? 
- Pourquoi, l’industrie pharmaceutique reste sourde à un tel gain d’argent (ça ne leur ressemble pas !) 

Et puis, on n'a pas vraiment de réponse... alors on essaie de comprendre par nous-même :

Peut-être, est-ce parce qu’ils ne savent plus le faire (genre ils ont perdu la recette) ? 

"Hey Roger, t'as pas vu la recette du DTP par hasard ?
- Oh mince, elle était posée sur mon bureau, et j'ai jeté tous les papiers avec les restes de mon sandwich !
- Bon, ben c'est toi qui préviens la ministre ! "

Très peu crédible (drôle... mais nan, pas crédible !)

Et puis, on se demanderai alors pourquoi les Etats-Unis le fabrique encore ? 

(Le mec qui jette son sandwich avec les papiers importants de son bureau, s'il a eu ce poste, c'est qu'il est capable de traduire une préparation chimique !)

Et autour de cette question de DTP, arrive forcément la figure du professeur Joyeux. Pourquoi, sera-t-il radié de l’ordre des médecins (alors qu’il ne demande QUE le retour du DTP sur le marché !!!) ?





Voyez-vous, la vaccination des trois maladies contenu dans le DTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite) est légalement OBLIGATOIRE.

Mais tout devoir légal suscite également un droit (sorte de vague contrat avec le peuple entre droit et devoir). Ainsi, le droit des parents face à cette obligation est de recevoir une indemnisation de l'Etat, dans le cas où, suite à cette obligation, les choses tourneraient mal (article L.3111-9 du code de la santé publique pour être précise).

C'est à se demander si la caisse des indemnisation n'arrivait plus à suivre (trop "d'allergies" seraient la raison officielle) ?

Car la France a fait un joli tour de passe en passe, en supprimant le DTP du marché : à partir du moment où vous vaccinez votre enfant avec un vaccin contenant plus de valences que les 3 obligatoires (soit donc l'Infanrix, à 6 valences par exemple) l'injection et ses risques ne rentrent plus dans le cadre des indemnisations. 

Abracadabra (on veut que vous vacciniez vos enfant, mais on ne veut pas en subir les conséquences alors, baguette magique, disparition du DTP, apparition de l’Infanrix !) 

Ahahah, prend ça parent-consommateur !





Vu les risques encourus par l’Etat, il est donc logique de faire taire le professeur Joyeux. Et en passant, de l'étiqueter de vieil esprit agissant contre la science et les temps modernes (oui, ne reculons surtout pas face aux pouvoirs de la dénégation publique). Abracadabra !

J'entends ta voix qui me crie que je ne suis qu'une conspirationniste et que j'ai trop longtemps regardé X-Files, petite. Tu me sors alors l'argument des laboratoires et de leur manque à gagner évident, face à la disparition du DTP du marché. Ce n'est pas crédible, voyons Fanny !

Là aussi magie, magie ! Puisqu'il ne s'agit plus du vaccin obligatoire, ne remboursons plus le nouveau et surtout... laissons les labo libres d'appliquer le prix qu'ils souhaitent (soit 50e,  de votre poche !) Abracadabra !

Et ce n'est pas tout !

Oh, mais je me rend compte que je n’ai pas parlé de phénoxyéthanol et de formaldéhyde (en même temps, ne m'en voulez pas, ils étaient pas dans le titre !)

Oui, le sujet est long... je reprends mon souffle pour un 3e épisode (au moins).

EnregistrerEnregistrer

mardi 31 janvier 2017

OUF !

C'est un grand soupir de soulagement que les familles en instruction libre ont poussé ce dernier 26 janvier...

Le conseil constitutionnel, a en effet statué sur les lois 31 et 39 du projet "égalité et citoyenneté" (les anciens 14 et 14 bis que nous étions nombreux à dénoncer !) en les rejetant purement et simplement...

Et oui, y'a de quoi reprendre confiance en notre système politique... et il m'a même fallut quelques jours pour m'en remettre (et me dire que si si, c'est bien possible, cette foutue lois est OUT !)

Bon, elle est OUT sur la forme (pas sur le fond, ce qui est encore inquiétant car dans quelques années, il est possible qu'une nouvelle lois de ce genre refuse surface ... mais chut, profitons de ce moment de victoire sans nous attirer la poisse !)

Et donc ?

Donc, comme ce petit billet d'UNIE le précise, nous ne serons pas "soumis" à cette loi, mais nous sommes toujours "soumis" au décret (et j'ai appris récemment, que oui, il est possible de faire paraître un décret sans la loi correspondante et que celui-ci tenait tout de même la route. Grrrggrrrr... c'est-il pas logique tout ça !) 

En clair, lors du contrôle, des exercices écrits OU oraux peuvent être demandés. Mais ce sont bien des EXERCICES et nous pouvons refuser ceux sortis du chapeau de la (ou du) conseiller(e) pédagogique et proposer les nôtres (afin de les faire correspondre à notre pédagogie et à ce que nos enfants ont vu récemment !)



En ce qui concerne les modalités de lieu de contrôle, on reste sur le bon vieux de la vieille, c'est à dire que nous pouvons exiger qu'il soit fait à la maison (pour toutes les familles qui ne peuvent pas emmener tout le matos !)

Un bien pour un mal ?


Parce que, bien entendu, ce qui a créer le ramdam ce n'est pas la censure de la lois 39... nan, c'était plutôt la loi visant à interdire la fessée.

Car si tous les journaux ont trouvé très malin de titrer sur l'autorisation pérenne de la fessée, c'est FAUX. Ainsi, comme d'habitude, on habille la réalité pour un meilleur taux d'audience et servir la violence de trop nombreux parents... on n'applaudira pas l'entourloupe !

Pour ceux qui ne s'en savaient pas, la fessée et les châtiments sont interdits depuis l'article 223 - 13 du code pénal, comme le rappel si justement le billet du blog s'éveiller et s'épanouir.

Et oui...




vendredi 27 janvier 2017

Ode à l'aluminium (la saga des Vaccins - épisode 1)


Ah… l’aluminium! Quelle formidable invention!

Formidable!




Quand je pense à lui, me viennent quantité de souvenirs agréables, comme les sandwich de ma maman, enroulés dans l’alu pour le pique-nique scolaire annuel…

Depuis, il a été outrageusement remplacé par les tupperware (nonnnnnnn !!!!) mais chacun garde tout de même un petit rouleau dans sa cuisine, ne serait-ce que pour les patates à la braise en camping (en commentaire pour que j'vous r'file la recette !)

Tu penses que j’oublies les papillotes? Non, je ne les oublies pas ! 

Si je ne voulais pas en parler jusqu’à présent, ce n’est pas à cause du fait que je suis végétachiante végétarienne (donc… hormis les papillotes de légumes, ouais, à la limite) mais parce que citron et papier d’alu font mauvais ménage ! Et oui… surtout pas de jus de citron sur tes légumes (ou sur ton poisson, mais là, comment dire ? on va pas être très potes tous les deux…) dans ta papillote ! 

Pourquoi ? 

Bon… va falloir attacher ta ceinture si tu détestais les cours de physique-chimie. Je te promets de faire tout de même un effort, en usant et abusant de métaphores pour illustrer au mieux mes propos. Prêt ? Alors allons-y gaiement !


Si ce gif ne vous dit rien, je vous donne le lien vers cette perle de l'humour américains des 90's, à la fin (mais faudra promettre de tout lire hein !)


Pas de citron et d’aluminium au four parce que le jus de citron est acide (d’ailleurs, ne tente pas de remplacer le jus de citron par du vinaigre, l’effet serait le même mais en plus, tes invités ne reviendraient peut-être plus…) 

Alors que se passe-t-il entre eux exactement ? Un véritable champ de bataille pour tout te dire (un carnage monstrueux) ! L’aluminium tente désespérément de se défendre, mais la chaleur et les assauts répétés du vilain acide ont raison de ses équipements de guerriers. 

Le jus de citron lui prend en effet ses électrons. 

Ainsi démunis, nous obtenons… 

…. 

... attends je cherche une image forte… 


...

un guerrier à poil !!!!! (désolée !)


Le guerrier nu, Augustin Van der Berghe, 1780-90. Oui, parce que sur ce blog, on aime la culture!


Ce guerrier tout nu, va se faufiler dans le jus de la papillote (note : jamais de ma vie, je n’ai pensé un jour écrire une telle phrase ! Je te mets au défi de la relire SANS sourire!) et tu vas donc ingérer ce guerrier. 

Bien entendu, sa défaite l’aura rendu hargneux (et on le comprend !) Il va tout faire, quite à être violent, pour se revêtir… et il va tenter de trouver de nouveaux équipements ( bien plus que d'honneur, il en va de survie) en les prélèvent dans son environnement direct, c'est à dire dans les composants de ton corps !

Qui aurait donc envie d’avoir des guerriers fous furieux dans l'estomac, s’attaquant à tout ce qu’il trouve, pour désespérément retrouver quelques électrons ? 

Heureusement donc qu'un message de santé prioritaire, figure dans des recettes si risquées (tu pensais pas vivre si dangereusement, hein ?)

Ouf ! Nous voilà sauvés. 

Nous voilà sauvés, parce que les scientifiques ont découverts également que ces guerriers à poil, pouvaient se retrouver dans les déodorants (les fameux sels d’aluminium) et ils ont tellement sale caractère, qu’ils arrivent même à franchir la barrière de la peau ! 

Sauvés, sauvés, sauvés !

Petit récapitulatif si je t'ai perdu. On nous a sauvé de méchants attaquants  !

(Et si tu veux pouvoir briller à ton prochain dîner, sache que ces guerres à poil sont appelés scientifiquement ions aluminium (Al 3+) !)

Projettes-toi ! Ils auraient pu déchainer leur sauvagerie dans ce temple qu'est notre corps par ingestion ou même par la peau !

Maintenant, soyons fous et imaginons ensemble, ce qu'il aurait pu advenir de nous, si ces bandes de molosses étaient entrés par une voie royale (comme par une seringue dans le sang ou dans le muscle) ? 

Heureusement, là aussi, que les professionnels de santé sont là pour nous sauver de ce périple encore plus dangereux que cette papillote de légumes (de légumes, oui j’insiste !!!!) gisant là, dans mon four. 


Ah… je me sens tellement en sécurité…

Attends ?

Quoi ?

Il y a de l’aluminium dans le vaccin Infanrix (hexavalent) ?


"Tu te fous de moi?" 
Et... 
NON!

Là, tu vas te dire que ces professionnels, de part leur statut d’expert savent ce qu’ils font. 

J’aime quand tu tentes ainsi de te rassurer!



Si tu as suivi jusque là, tu as compris, que oui, ce sont des guerriers à poils qu’on t’injectes (pas comme les pacifiques nudistes allemands sur leur plage, non, non, vilains et mécontents, très mécontents !).



Oui... j'ai réussi à trouver cette image sur internet !!!
Et non, tu ne pourra pas l'avoir en fond d'écran !


Ok, soit, je vous ai dit que ces guerriers à poils étaient hargneux. Mais ils font quoi concrètement ? 

Eh bien… les scientifiques ne le savent pas ! (Quoi, t’es en train de me dire qu’on nous refile des guerriers-fous-furieux dont on ne connaît pas l’action ?) Oui, je le dis. Les experts savent simplement que les effets principaux sont au niveau du système nerveux… de là à dire qu’ils pourraient causer les maladies d’Alzheimer, Parkinson ou autre… non, je n’oserai pas écrire cela dans ce blog respecté !

Mais tu es humain (humaine) et tu as aussi lu, micro-grammes. Micro. Tout petit, tout petit… rien à craindre n’est-ce pas ?

Et bien, la FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) a établi que la dose maximale d’aluminium que pouvait recevoir un nouveau-né par injection était de : 4 à 5 micro-grammes par jour et par kilo. 

Bref, bébé a 2 mois, il pèse 4 kg, il doit donc recevoir au maximum (5 X 4 = 20) 20 micro-grammes de guerriers hargneux, pas plus ! Surtout pas plus, on est d'accord (ou alors, ce sera une attaque où les vilains soldats auront clairement l'avantage sur ta chère tête blonde !) 

Il reçoit son vaccin pour sa future entrée en crèche / son cours de bébés nageurs : 

820 micro-grammes de guerriers à poil (d’ions aluminium à qui ont a retiré 3 électrons). C’est le nombre exact de nudistes très mécontents contenus dans les 2400 micro-grammes de sels d’aluminium de l’Infanrix, mentionné plus haut (7 paragraphes plus haut, cet article se veut scientifique, soyons donc précis).

820 !

Soit bien plus que les 20 micro-grammes que la FDA recommande. Même (820/20 = 41) 

41 fois trop!


Ouai... voir des démences ultérieures. Dégoutant tout ça, non ?




Face aux risques que ton enfant a encouru (ou continue à encourir encore longtemps après l’injection, ça les scientifiques ne le savent pas…) je pense que nous pouvons avaler avec le sourire notre papillote ! Nous avons largement plus de chance de nous en sortir que lui ! 

Pour rétablir la balance, je nous propose même d’en manger 1 fois par jour, tous les jours, et de nous baigner dans des déo à l’aluminium.

Tu vas me dire que peu d’enfants ont développé quoi que ce soit, et qu’il faudrait aussi mettre les bénéfices des vaccins dans la balance ! Mon honnêteté poussera en effet à poser le regard des fameux bénéfices (dans un autre épisode... teasing de fou). 

Mais je n'en ai pas fini avec l'alu... parce que je me pose cette question :

Pourquoi le DTP (mais si, le vaccin archi-connu que tu as eu étant petit : diphtérie-tétanos-polyomélite), qui LUI, ne contient pas de guerriers à poil (donc beaucoup moins risqué) n’est plus disponible à la vente ?

...

...

...

Vous avez UNE HEURE avant de rendre vos copies (vos commentaires) !


Moi je vais laisser mes petits doigts se reposer quelque temps avant de vous re-parler de tout ça très très vite (encore un teasing, je n'arrête plus !)






Z'avez tout lu? Bravo! Comme promis, et cela n'a rien à voir avec les vaccins, ni avec leurs possibles effets secondaires (quoi que...), voici le lien de ce monument du Saturday Night Live (du 1er GIF de l'article ! ) 
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

vendredi 20 janvier 2017

Bonne année

Comme tous les ans, je vous souhaite TARDIVEMENT de passer une nouvelle année, encore plus magique que la précédente.



Mes bonnes résolutions ? 

Etre capable de prendre l'avion ( en tout cas, c'est parti, je soigne ma phobie depuis cette semaine!)

Mais surtout .... reprendre en main ce blog !

Le quotidien, les sorties culturelles, "la classe" en elle-même, le suivi de la loi Egalité-Citoyenneté, la création de ma (petite) entreprise, tout cela m'a pris beaucoup de temps. Bien plus que tout ce que j'avais pronostiqué...

Le plus difficile a été de vivre ces derniers mois (ceux qui m'ont retourné comme une crêpe !) et 2017 a commencé de même : avec une grosse frayeur.

Bon, cette fois, c'était de notre plus jeune chien dont il était question. Un coup de sabot dans la tête, en pleine nuit, et nous voilà filant aux urgences vétérinaires. Depuis, la demoiselle est rentrée et les séquelles de son trauma crânien diminuent peu à peu (on croise les doigts pour que ça continue jusqu'à guérison totale !)

Nos poilus, et à droite, la demoiselle qui a eu chaud !

Toute cette digression pour vous dire : les manele sont certes au ralenti sur la toile, mais il n'en est rien dans la vraie vie. Et il est temps de faire re-bouger le blog et j'ai plein d'idées ! Avec de chouettes articles en perspective (si ça c'est pas du teasing Hollywoodien !)

Mais le plus important, pour moi, là tout de suite, c'est de vous souhaitez encore et encore, une année pétillante et la flexibilité nécessaire pour vivre les rebondissements de façon sereine. Parce que, clairement, une année heureuse et plate, ce serait quand même moins fun ! Tentons plutôt de nous préparer à vivre une année RADIEUSEMENT IMPARFAITE !

jeudi 17 novembre 2016

Ampère ?!

Je n'écoute pas la radio.

Enfin... rarement !

Quand je l'écoute, c'est souvent en prenant la voiture, derrière mon mari, qui avait laisser la radio allumée.

Et ce matin là, je tombe sur un interview sur France Inter d'un historien qui vient d'écrire un livre sur la vie d'Ampère.

Et moi, je connaissais bien Ampère (il a une unité à son nom !) J'ai utilisé ses découvertes (lois des gaz et plus basiquement notion de tension, de courant, d'électromagnétisme...) dans le cadre de mes études universitaires.

Je pensais n'avoir plus grand chose à apprendre de lui...

Quelle fut ma stupeur lorsque j'appris, par la bouche de cet historien, que Marie-André (si si, c'est le prénom d'Ampère !) n'avait pas été à l'école !

Je me suis alors promis de faire des recherches, qui n'ont pas eu besoin d'aller très loin, puisque voici ce qu'en dit Wikipedia :

André-Marie Ampère est le fils de Jeanne Antoinette de Sutières-Sarcey et de Jean-Jacques Ampère, un riche négociant en soie de l'agglomération lyonnaise. Il passe son enfance et son adolescence dans la maison familiale située à Poleymieux-au-Mont-d'Or. Son père est un fervent disciple du philosophe Jean-Jacques Rousseau, dont les théories en matière d'éducation sont au fondement même de l'éducation du jeune André-Marie. Ce dernier se forme librement en puisant dans la bibliothèque de son père. Son éducation repose notamment sur la lecture de L'Histoire naturelle de Buffonet de L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert. Son premier véritable contact avec les mathématiques a lieu à l'âge de treize ans au cours de la lecture des Éléments de mathématiques de Dominique-François Rivard. Naît alors chez lui une véritable passion pour l'algèbre et les coniques. Sachant lire le latin, il s'intéresse ensuite aux travaux d'Euler et de Bernoulli.



Je me prête alors à penser : mais que serait devenu Ampère si son enfance avait été encadrée par la future lois 14bis ? "Oui, c'est bien qu'il se passionne des sciences naturelles, mais il n'a pas acquit le socle de compétences attendus en mathématiques pour son cycle... " 

La loi 14bis, elle s'en fout bien qu'Ampère se passionne PLUS TARD pour les Mathématiques. Là, il faut qu'il fasse ce qu'un programme, rédigé par des personnes qui n'ont bien souvent JAMAIS enseigné dans leur vie, lui demande de faire. 

A  treize ans, obligé d'aller à l'école (parce que son père aurait tenu bon jusqu'au bout au nom de sa philosophie de vie) aurait-il eu le temps de lire Éléments de mathématiques ? (avec ses devoirs, pas sûr !) Aurait-il fait ses précieuses découvertes, qui lui auront fallu plus tard la reconnaissance de Napoléon ? Jusqu'à quel point nos vies auraient été chamboulées par son absence dans les domaines physiques/chimie ? Peut-être que la tension ne s'appellerait pas la tension mais la ... wapiti ?

Et quels dégâts la loi 14 bis va-t-elle causer au monde de demain ?

De combien de génies en devenir allons-nous nous passer ?

Quelles futures découvertes allons-nous tuer dans l'oeuf en forçant nos enfants à étudier un programme qui n'a PAS montrer son effectivité (puisque le gouvernement n'a toujours pas réaliser l'étude OBLIGATOIRE qu'il devait fournir depuis 2011 quand aux nouveaux programmes ; ici pour plus d'info à ce sujet !)

Enfin bref, tout ça pour vous dire, Ampère n'a jamais été à l'école !

lundi 31 octobre 2016

Halloween pour les enfants

En ce jour d'Halloween (ou Samhain) que pouvons-nous apporter comme sens à nos enfants ?

Si la quête de bonbons les ravis forcément, quelle compréhension donner à cette fête ?



En tant qu'adulte, l'intérêt de Samhain est de voir que la mort n'est pas forcément injuste. Elle peut être bénéfique pour détruire les parts de notre passé que nous traînons encore et encore, alors que nous n'en avons plus l'utilité (vieilles relations, croyances aliénées, ...) et bien entendu : nos peurs !

Et oui ! 

En ce jour, il est bon de se faire peur ! Une bonne grosse frayeur pour mieux vivre ? OUI !

Car il s'agit de bien plus que cela...

Il s'agit d'affronter nos peurs pour avancer... 

D'ailleurs, je propose un exercice simple pour les adultes ici (un papier et un crayon suffisent, pas besoin de réaliser tout le rituel !)

Mais comment intégrer cette sagesse à nos enfants ?

Pour nous les Manele, c'est le moment de leur parler de leur propre peur (du noir, des morts et des squelettes, mais aussi du dentiste ou de l'avion, ...) et de voir s'il s'agit d'une vraie peur ou d'une peur emprunté (souvent les enfants empruntent les peurs de leur parent au point de les faire leur.) 

Toutes les peurs ne sont pas les mêmes : peurs primitives concernant notre survivance ou peur de sortir de notre zone de confort ?

Et pourquoi de pas voir nos peurs comme une boussole (puisque souvent il ne s'agit pas de peur de survie mais bien de peu d'inconfort !) ?

Elles indiquent généralement le chemin qu'il nous faut emprunter pour nous développer...

Alors, aujourd'hui, j'ai bien envie de vous souhaiter une joyeuse PEUR !