dimanche 11 mai 2014

La punition

Voici une image qui fait réfléchir...


La punition de permet pas de réparer son erreur. 
Pourquoi envoyer au coin alors que prendre une serviette pour essuyer, une balayette pour ramasser, ou un geste de la main pour caresser et non frapper, permet à l'enfant d'apprendre un geste, d'intégrer son "erreur" et ses conséquences et d'aller plus loin?
Qu'en est-il de notre système de justice, pour les adultes cette fois?
Voilà bien des questions. Les poser, déjà un début? Et pourquoi notre société qui posent des regards sur la Suède n'est-elle pas encore prête à bouger? Pourquoi n'existe-t-il toujours pas de loi condamnant les fessés... ?

La violence éducative ordinaire est vraiment partout. Parfois je ne m'empêche pas d'agir, d'expliquer à un père qui hurle sur son enfant, qui le menace de le frapper devant tout le monde, alors que le petit vient de tomber et de se faire mal.
Parfois mon coeur de maman ressent toutes ces douleurs.
Parfois, je me dis que la tâche est IMMENSE.

Vous, agissez-vous quand vous assistez à ce genre de "spectacle"?

4 commentaires:

  1. Ahhhh j'ai publié cette photo sur ma page facebook ... je crois qu'il y a eu pas moins de 20 commentaires en très peu de temps... comme tu dis la tâche est énorme, j'ai arrêté de commenter , ça m'a fatigué de devoir expliquer et justifier que NON, nous n'avons pas besoin d'avoir le dernier mot car nous sommes les parents... NON, nos enfants sont à égalité avec nous , ils ne cherchent pas les limites juste pour nous énerver et OUI le dialogue, les calins et l'amour permet de régler les crises ... mais je crois que peu , trop peu de gens en sont conscients! Bref, je deviens de plus en plus intolérante à cette société ...

    RépondreSupprimer
  2. Je me retrouve dans ce que tu dis... au début je pensais vraiment que tous les parents étaient bons... tellement logique! Ensuite j'ai vu que même les plus gentils pouvaient être violents pour RIEN! J'ai compris douloureusement et j'ai voulu aider... quelle énergie dépensée! Je retrouve les mêmes personnes faire subir les mêmes actes à leurs enfants. Et maintenant je comprends surtout que c'est moi qu'on trouve bizarre :)
    Du coup j'ai souvent des envies d'ailleurs : ces près éducativement plus verts en Suède ou aux USA (je voudrais y découvrir une école démocratique une vraie de vraie!)
    J'ai de plus en plus de mal à vivre dans la société française... qui me paie 4 billets pour la côte ouest??????? Allez quoi, je ferai du reportage in situ pour vous :)

    RépondreSupprimer
  3. Aller au coin c'est quand même pas la fin du monde... c'est même préconisé dans le livre Montessori que je lis. Ok c’est pas debout dans un coin, c'est assis sur un coussin. La belle affaire ! A stigmatiser comme ça les punitions, c'est contre productif... Non un enfant ne perds pas confiance en l'adulte qui lui pose des limites, au contraire. Et oui c'est utile d'imposer fermement un moment d'inaction pour faire retomber la pression, sinon justement l'enfant n'est pas en capacité de réfléchir à ce qu'il a fait. Evidemment la punition sans le dialogue qui suit ne sert à rien.

    Le vrai problème c'est que généralement, les parents ne demandent pas à l'enfant "pourquoi". Et c'est pourtant là l'enjeu crucial. Pourquoi un enfant casse des choses, cri, pleure ? Souvent c’est parce qu'il a envie d'être aimé, câliné, mais qu'il n'est pas en capacité de le formuler. Ou que le parents n'est pas en capacité de l'entendre.

    C'est là dessus qu'il faut faire ouvrir les yeux. Le fond importe plus que la forme :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il est toujours important de dialoguer sur le pourquoi de certains comportements (qui sont toujours l'expression d'un besoin.) Maintenant, à la place de votre enfant, dialogueriez-vous avec un adulte grand et fort qui lui a imposé un temps mort avec force?
      Moi, non. Avec une telle personne, je ne risque pas de me livrer...

      Et si ce que j'ai fait, n'était pas une recherche d'attention? S'il s'agissait d'un accident?
      Vous dites que ce moment d'isolement est nécessaire pour réfléchir à ce qu'il a fait...
      Si je casse un verre je ramasse les morceaux, je ne vais pas m'isoler dans une pièce en réfléchissant à ce que j'ai fait!

      Puniriez-vous un invité qui casse un de vos verres? Ou le renverse sur la table? Histoire qu'il réfléchisse un peu...

      Au delà de l'accident, puniriez-vous votre meilleure amie qui vient pleurer sur votre épaule en disant qu'il lui manque de l'affection dans son couple? Elle cherche de l'attention, lui donneriez-vous? L'isoleriez-vous pour qu'elle se demande si son comportement est correct (et il y a de quoi réfléchir dans notre société de refoulement émotionnel! !)

      Puniriez-vous votre conjoint lorsqu'il est en colère et qu'il a besoin de crier? "Bon chéri, tu te calme ou je te mets au coin!"

      Plutôt que de punir, ne faudrait-il pas montrer comment réagir? S'il a besoin de câlin, ne faudrait-il pas simplement câliner son enfant? Ne serait-ce pas un "temps mort" plus agréable, plus instructif, plus amorceur de dialogue?

      Bien sûr, pour se justifier on parle des limites... pourquoi cependant les faire rimer avec punitions? Des limites logiques, sont logiquement respectées sauf si l'enfant est encore trop jeune pour faire taire son cerveau reptilien! Et dans ce cas, je persiste à dire, qu'au coin il n'apprendra pas. Il apprendra avec un adulte qui lui montrera qu'elle attitude adopter. Oui c'est plus difficile, plus fatiguant, face à la punition qui "marche" puisque, oui, ensuite, les limites sont respectées. Mais le sont-elles parce qu'elles sont comprises ou par peur?

      Le vrai problème qui se pose est le comportement du parent. Pourquoi punit-il? Pourquoi ne supporte-t-il pas les pleures de son enfant? Pourquoi est-il si difficile de faire un câlin? Pourquoi entrer dans le rapport de force, dans le "il me cherche" (il cherche quoi d'autre, d'ailleurs que l'amour parental?)

      Je pourrait encore écrire une quantité incroyable de lignes à ce sujet... sans réussir à vous convaincre, tellement la punition est ancrée dans nos moeurs... à la place, je vous propose l'expérimentation! En jouant sur un des mots clé de notre jolie république : égalité.
      Je vous propose ainsi d'appliquer à vous même, les mêmes conséquences punitives que vous offrez :)
      J'attends votre retour avec impatience.

      Supprimer