mercredi 22 février 2017

Fofo et Kafka (le soap des Vaccins épisode 3)

Après l'aluminium et son usage dans les vaccins non concernés par la loi, j'ai eu envie de m'arrêter un peu sur mon pote "fofo."

Tu le connais toi aussi : c'est le fameux formaldéhyde.

Je dis mon pote, mais je dois avouer que, contrairement à l'Alu, je n'ai pas de souvenirs d'enfance avec lui. Par contre, il a toujours été là, près de moi, partout. De la cuisine à la salle de bain, de mes produits bien rangés de laboratoire à ma chambre à coucher, il était toujours là.

Nan, je ne me fiche pas de toi !

En 2009 (ce qui coincide curieusement à ma fin de grossesse number one) j'ai fait ma première chasse au formaldéhyde. Je scrutais toutes les listes d'ingrédients de tous mes produits ménagers et cosmétiques. Bizarre ce que les hormones de grossesse nous pousse parfois à faire !

Bon, je dois avouer qu'il est limite un peu voyeur, notre pote "fofo" ( dans la salle de bain, il se peut qu'il m'ai vu plus souvent nue que mon mari...) mais passons, son soutien, sa présence en toutes circonstances, gomme ses défauts.

Oui, parce que, le formaldéhyde, est souvent montré du doigt : "Il faut bien aéré, nous rappelle-t-on au journal TV, même en hiver, parce qu'à cause de nos meubles (scandinaves surtout parce qu'à la téloche on est chauvin et que le made France reste toujours insoupçonnable) l'air que nous respirons en contiendrait beaucoup trop". 

Et même à - 17 °C (toujours pas de rigolade, en Alsace il fait froid l'hiver) tu as eu le courage d'ouvrir 5 min les fenêtres de la maison. Tu te sens forte. Responsable.

Tu viens de sauver tes enfants du cancer qui rôdait là, dans tes meubles, attendant de s'échapper dans l'air pour aller faire la bringue dans les poumons de tes chers et tendres.

OUF !




Divaguons maintenant pour le plaisir ! Si la simple respiration de notre pote fofo, ou l'application cutanée est si crainte, z'imaginez le carnage si on nous l'injectais directe dans le sang ???

Heureusement que...

Attend une minute...

Ne me dis pas... QUE.....



ET... si.

Le formaldéhyde est directement injectés dans les muscles de nos bébés. 

Environ 100 micro-grammes dans chaque dose.

GROS SILENCE de la foule. Parce que maintenant, vous savez que les micro-grammes ne sont pas si inoffensifs que ça pour le corps humain (et encore moins pour un corps de 5 kg).

Environ 100 micro-grammes donc. Et si j’écris "environ", ce n’est pas pour rien. 

Les chiffres des ingrédients des vaccins français sont inconnus en ce qui concerne le formaldéhyde. Ce sont les chiffres des vaccins fabriqués par les mêmes laboratoires, mais commercialisés aux USA, où le chiffrage est obligatoire… 

Pourquoi rester si obscures en France dans les compositions (peur de la bonne grosse claque médiatique) ?




Rooooo... je vous vois venir de me traiter à nouveau de conspirationniste !

Alors changeons de cap.

Avec les précédents articles, je sens que vous voulez savoir s'il est possible de se passer d'aluminium dans les vaccins qu'on administre à nos nouveaux nés !

Mais nous sommes en France... ce serait trop simple !

Direction la bonne prise de tête.


Kafka est dans la place !

T'es bien gentille de nous alarmer, mais on fait quoi maintenant en sachant tout ça ?

Oui, comment, en tant que parent, concilier :
- la santé de nos enfants
- le respect de la législation (la vaccination est dans... la loi... c'est dingue à écrire, mais oui, injecter des substances dangereuses directement dans le sang, c'est un acte obligatoire !)
- les risques d'exclusion de responsabilité par l'Etat, en cas de soucis liés au vaccin...


1) Refuser l'hexavalent.

Et bien, il est possible d'obtenir un certificat de contre-indication (si vous avez un médecin très compréhensif) mais même dans ce cas, votre enfant risque d'être expulsé de tout établissement public et vous pouvez vous prendre, sur le dos, un signalement (par un médecin, par un chef d'établissement)... 

Dans le cas d'un refus, il faut avoir les épaules solides et assumer "une avalanche juridique". Comme le propose le site info vaccin, pourquoi ne pas rédiger un courrier explicatif au procureur en amont?

2) Accepter l'hexavalent

Accepter tout en tentant de se couvrir. Infovaccin propose là aussi "une fois le vaccin administré et ce après l’avoir mentionné oralement au médecin pédiatre ou autre, (de) rédiger un courrier recommandé au médecin administrant avec copie au Procureur de la République, courrier qui reprendrait les risques de refus de responsabilité de l’Etat pour vaccinations non obligatoires et pénurie du vaccin DTP.
Dans ledit courrier, il serait important de reprendre la position affirmée oralement par les parents au médecin en spécifiant que les parents ont néanmoins été contraints d’imposer une telle vaccination à leurs enfants.
Il conviendrait aussi de stipuler que les parents se réservent le droit d’attraire en justice le médecin administrant, dans le cas où les 2 (ou 3) valences non obligatoires devraient avoir des conséquences sur la santé de leurs enfants, en sachant que les parents devront en tout état de cause, si ce cas se présente, attraire le fabricant sur le fondement de la loi sur les produits défectueux, ès qualité de transcription de la directive européenne de 1985."

Ce qui pourrait également vous aider à convaincre votre médecin de rédiger un certificat de contre-indication (enfin, moi ça me ferait réfléchir...)


Conclusion numéro 1
En exclusivité, la baguette magique du Ministère de la Santé !

Bref, les vaccins, c’est un peu le Danny Larry de la santé. Beaucoup de tours de passe-passe et de magies (dignes de Pouillard) et d'obscurantismes (dignes de... euh... attend je cherche un équivalent... Voldemort ? Nan, c'est nul, je le reconnais... ) pour nous cacher les risques et la possibilité de réclamer des indemnités! Des devoirs sans nos droits, un peu comme un gout amer d'autres lois récentes, non?

Heureusement alors qu’ils nous protègent si bien ces vaccins, parce qu’on serait un peu fou de nous injecter du poison dans le sang, juste pour engrosser le compte en banque des laboratoires, non ?

Bon, maintenant vous me connaissez, vous savez que je suis ironique et que j’ouvre ainsi la porte pour un 4e article... 

Magie, magie!


...

...


Et disparition de l'auteure dans un nuage de... formaldéhyde !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire